Un hussard découvert noyé dans le Rhône

Les noyés du Rhône entre 1840 et 1850

Comment nos ancêtres étaient-ils informés
de la noyage d’un proche en ce temps-là ?
 
Les trouvailles de Dominique Guéris-Brun
renvoient, cette fois-ci, les passionnées de mémoires et de faits anciens de Condrieu et des larges environs à la rubrique de son ami et collègue, Michel Guironnet, parue dans Histoire-Généalogie titrée « LA Gazette Web » du vendredi 15 mars 2024 (*)
 
 Pourquoi avoir choisi entre 1840 et 1850 ?
 
Michel GUIRONNET s’en explique :
« C’est qu’alors les noyades sont très fréquentes et les cadavres repêchés, aux Roches de Condrieu ou, en face, à Condrieu, ou plus bas au bord du Rhône…
Ce sont aussi les dix dernières années du « premier XIXème siècle », avant que de nouveaux moyens de communication (chemin de fer, bateau à vapeur, télégramme et téléphone) ne se développent.
Après 1850, il sera plus facile, me semble-t-il de se déplacer voire même d’envoyer rapidement des messages d’un point à un autre, sur de grandes distances, sans se déplacer »…
Et la grande question :
« Comment le savaient-ils ?
Comment, en ce temp- là, nos ancêtres furent-ils informés de la noyade d’un proche dans le fleuve Rhône ».
Sa réponse :
« par les journaux locaux, des avis précisant la découverte d’un cadavre, avec sa description physique, les vêtements qu’il porte… ».
Ainsi, six femmes dans une barque qui chavire, un hussard de la Garnison de Vienne, un jeune jouteur de 13 ans…
 

C’est que le Rhône, en nos parages, n’était pas exactement celui que l’on connaît (généralement) depuis les derniers aménagements…et Michel Guironnet informe autant qu’il interroge, produit quelques extraits de presse et des pistes s’ouvrent sur des histoires, des destins qu’il s’évertue avec passion à faire sortir de l’oubli.

Illustration : Un hussard noyé a été retiré du Rhône. Il était en garnison à Vienne.
 
** À lire absolument avec le lien que nous donne Dominique Grubis-Brun : https://www.histoire-genealogie.com/Comment-le-savaient-ils
** Dominique Grubis-Brun donne rendez-vous cette semaine, sur « Ville de Condrieu » là où ses trouvailles nous ont embarqués, au temps des bibliothèques…
Aller au contenu principal